X
Email : 

Courez chez votre libraire, vous voyez, j’ai mis une plume d’or. (L'Express)

Kourou, 2014, une femme fait son jogging et se retrouve subitement nez à nez avec un Indien qui s’effondre devant elle. C’était le dernier des Arumgaranis. Bizarrement, son corps fait exploser tous les compteurs geiger, complètement radioactif.

1967, le lieutenant Saint-Mars, détesté par sa hiérarchie est envoyé en Guyane à la recherche du professeur Loiseau accusé d’avoir tué un Américain du nom de McHenry. Ce flic, ex-barbouze, pourtant habitué aux situations difficiles, ex-de l’Indochine, de l’Algérie se retrouve bien vite esseulé dans une petite ville Santa Margarita, humide, chaude, inhospitalière. Puis, il doit s’enfoncer dans la jungle, suivre le fleuve Rio pour approcher le campement du professeur Loiseau qu’on dit vivre avec les Arumgaranis réputés violents et anthropophages.

Magnifique roman ! Et je pèse mes mots. Quel pied j’ai pris à suivre le lieutenant Saint-Mars, dit SM, dit La Marquise, dans ses recherches et dans sa découverte de mondes totalement inconnus de lui -et de moi. Le voyage de SM m’a instantanément fait penser au voyage de Ferdinand Bardamu (dans Voyage au bout de la nuit, entre l’Afrique et New York) ou celui de Willard dans Apocalypse Now : poisseux, violent, chaud, humide, insupportable, peuplé de bestioles toutes plus piquantes ou mordantes les unes que les autres, pour certains des souvenirs que j’ai de ces deux chefs d’œuvres eux aussi, partiels sûrement, je devrais les relire ou les revisionner.

Le roman de Saint-Mars débute doucement, une arrestation un brin musclée d’un pervers avec le bras long suffira pour l’envoyer enquêter à Cayenne. Ensuite, prise de contact avec la Guyane, questions qui restent sans réponse, difficulté de préparer son excursion sur le Rio car une équipée américaine a réservé tout le matériel et les hommes disponibles, tout cela prend du temps. Même lorsqu’il a enfin trouvé le bateau et ses maigres équipage et équipement, la croisière sur le Rio est lente, semée d’embuches, mais jamais on ne s’ennuie, au contraire. Quelle ambiance, la tension est palpable, la peur, l’angoisse itou.


Le style et l’histoire sont envoûtants, fascinants et rien n’arrête le lecteur dans sa soif de tourner les pages. SM s’en prend plein la figure -et ailleurs-, mais on ne s’en plaint pas, il n’est ni sympathique ni antipathique, il fait son boulot sans se poser de questions, il torture si besoin, a recours à des méthodes discutables comme ses opposants. Boris Dokmak nous apprend plein de trucs sur l’Amazonie, sur la vie difficile, sur l’esclavagisme, sur l’exploitation des populations locales par les exploitants du caoutchouc, sur l’extinction des tribus et notamment celle des Arumgaranis. Basé sur une histoire vraie : les Américains qui mènent des expériences médicales et pseudo-scientifiques sur tout un peuple d’Amazonie, l’exterminant -selon les éditeurs,ils ne reconnaissent toujours pas aujourd’hui leurs pratiques expérimentales sur ce peuple d’Amazonie.

Un roman foisonnant entre aventures, policier, ethnographie, espionnage, thriller absolument bluffant qui m’a scotché de bout en bout et me laissera, sûr, des images au moins aussi fortes que les deux œuvres auxquelles je faisais allusion au départ de mon billet. Une belle langue qui emprunte à plusieurs registres, des onomatopées pour décrire des cris, des bruits, Boris Dokmak fait preuve d’une plume très personnelle qui me ravit et transporte son lecteur en plein cœur de son récit : on sent les odeurs, l’humidité, pas la douleur mais pas loin…
Conseil d’ami : courez chez votre libraire, vous voyez, j’ai mis une plume d’or.

Yves Mabon – L’Express