X
Email : 
Droit de réponse à Rue89 et à Thibaut Schepman

Droit de réponse à Rue89 et à Thibaut Schepman

Rue 89 range mon livre Climat Investigation dans le camp des climatosceptiques. Je réfute catégoriquement cette affirmation diffamatoire. Il est écrit dans mon enquête que le réchauffement climatique est une réalité dont nous devons nous occuper avant que celui-ci ne s'occupe de nous. Les aspects positifs du réchauffement en France y sont volontairement montrés pour équilibrer les informations systématiquement catastrophiques sur ce sujet. Notre pays fait partie des rares à pouvoir s'adapter rapidement aux risques du climat. Nous l'avons prouvé avec les canicules désormais moins meurtrières. Le GIEC s'est trompé dans ses prévisions. Personne ne connaît avec certitude le visage du climat français d'ici un an et pour les prochaines décennies.

Le manque d'humilité face à la nature des protagonistes de la COP 21 relayé par certains médias, dont le vôtre, étouffe le débat. L'enquête Climat Investigation restaure au contraire les avis différents du discours officiel aux mains des États. Mon enquête éclaire la part d'ombre sur les contradictions de la science. Interdire les sceptiques de s'exprimer est une atteinte au débat et à la liberté. Beaucoup de scientifiques hors du GIEC ont de nombreuses découvertes et de révélations à nous apporter. Ce n'est pas mon cas, je suis simplement un journaliste spécialisé sur ces questions ni plus, ni moins.

Je ne suis donc pas climatosceptique mais sceptique concernant les propos des protagonistes de la COP 21 qui s'expriment exagérément sur le climat. « Tout avis contraire sera éliminé » prévient mon enquête. Le débat sur cette question semble clos. Il devient impossible dans notre pays d'exposer un avis ouvert sur cette question sans être insulté ou stigmatisé.

C'est également le cas des éditions Ring, qu’un journaliste d’ASI (Vincent Coquaz) pour tuer mon livre, a osé classé proche de l'extrême droite car ils éditaient également Laurent Obertone. Je vous rappelle simplement que le directeur littéraire de Ring, Raphaël Sorin, ancien directeur littéraire de Flammarion et Fayard, est une figure de la gauche et éditeur historique de Michel Houellebecq, Charles Bukowski, Philippe K. Dick, et William Burroughs. Ring Editions publient certes Laurent Obertone, dont j’ai adoré Utoya qui sera bientôt adapté au cinéma, mais également Stéphane Bourgoin, Jimmy Page (leader de Led Zeppelin), Damien Echols, Pierre-André Taguieff, figure de l'antiracisme et plus important dénonciateur de l'antisémitisme en France, Norman Mailer, Marc Besse et Jean-Daniel Beauvallet des Inrocks et bientôt le journaliste de Marianne, Frédéric Ploquin pour ne citer qu'eux. Mon confrère Louis Bodin fera prochainement paraître son livre chez Albin Michel, le même éditeur que Eric Zemmour ou Philippe de Villiers. Rue 89 posera-t-elle la question de savoir si l'éditeur défend les mêmes idées sur la société française ? L'édition est aujourd'hui un secteur vulnérable qui a encore le courage de préserver la pluralité des idées. A partir d'aujourd'hui mercredi 14 octobre 2015, si ces ce genre d'amalgames devait se répéter, mon éditeur et moi-même serions contraints d'engager des poursuites judiciaires contre cette volonté de nuire manifeste, dont certains journalistes ont fait profession. Mon livre Climat Investigation est depuis une semaine en rupture de stock. Il sera à nouveau disponible ce vendredi dans toutes les librairies.


Philippe Verdier